De quoi est composé le passif du bilan comptable ?

passif-du-bilan

Le bilan comptable est un instrument de la comptabilité en partie double composé de l’actif et du passif. Le passif se trouve à droite du bilan. Il représente les ressources d’une entreprise. Les ressources indiquent d’où viennent les fonds d’une entreprise. Il est divisé en fonds propres et dettes. Voici les catégories des comptes du passif du bilan.

Le capital de l’entreprise

Le côté droit du bilan contient les ressources. Il représente le capital de l’entreprise et se compose de capitaux propres et de dettes. Le capital social est constitué des fonds que le propriétaire d’une entreprise a lui-même levés pour le financement et du bénéfice laissé dans l’entreprise. C’est ce qu’on appelle l’autofinancement.

Il existe différentes réglementations concernant la divulgation des capitaux propres pour les sociétés de personnes et les sociétés par actions. La ventilation des capitaux propres est obligatoire :

  • Cela commence par le capital souscrit, qui est le capital de garantie ou le capital social de la société.
  • Viennent ensuite les réserves de capital provenant d’autres contributions des actionnaires, comme des augmentations de capital supplémentaires. Une autre réserve est le bénéfice non distribué, qui peut être subdivisé en quatre types.
  • Les derniers éléments sont les éventuels reports de bénéfices ou de pertes et les états financiers annuels ou le déficit de l’exercice en cours.

Les capitaux propres sont d’une grande importance pour une entreprise. Elle sert de garantie pour le financement et peut avoir une influence positive ou négative sur les conditions de crédit. C’est pourquoi il s’agit également d’une mesure de l’indépendance d’une entreprise vis-à-vis des créanciers extérieurs. Mieux une entreprise est dotée de fonds propres, moins elle est dépendante du développement du marché financier.

Provisions

Les provisions sont des obligations incertaines pour une entreprise en termes de survenance et de montant, qui, outre les engagements spécifiques, constituent le capital d’emprunt. Sur le plan conceptuel, les provisions ne doivent pas être confondues avec les réserves.

Les réserves, en tant que réserves financières, font partie des capitaux propres. La constitution de réserves réduit le bénéfice de l’entreprise et est donc soumise à certaines exigences. Le droit commercial précise explicitement les raisons pour lesquelles des dispositions peuvent être constituées.

Une distinction approximative est faite entre les provisions pour dettes et les provisions pour frais. Les provisions pour dettes doivent être constituées lorsqu’il existe une obligation légale vis-à-vis d’un partenaire contractuel. Les passifs incertains et les provisions pour pertes imminentes en sont des exemples :

  • Les passifs incertains comprennent, par exemple, les coûts d’un procès déjà en cours, les provisions fiscales pour les paiements d’impôts à venir ou les provisions pour les retraites pour les paiements futurs aux employés.
  • Les provisions pour pertes éventuelles résultent de transactions dites en suspens lorsque les deux parties contractantes n’ont pas encore fourni leurs prestations.

Les provisions pour charges ne sont pas constituées sur la base d’une obligation légale externe, mais sur la base d’un engagement volontaire interne. Les exemples typiques sont les dispositions relatives à l’entretien futur ou au fonds de commerce. Si la raison de la création de la provision cesse d’exister, la provision doit être annulée. Cela se produit soit lorsque la dépense correspondante a eu lieu, auquel cas la contre-passation n’a pas d’effet sur le bénéfice, soit lorsque la dépense n’aura pas lieu. Dans ce cas, la reprise de la provision augmente le bénéfice. Cela doit être clarifié une fois de plus à l’aide d’un exemple concret.

Si votre entreprise est impliquée dans un litige avec un fournisseur, dont la fin et la décision ne sont pas attendues avant l’année prochaine. L’entreprise prévoit des frais de contentieux de 15 000 euros. Une provision est constituée dans le bilan en tant que passif incertain pour ces coûts. L’année prochaine, le processus se terminera par un règlement amiable entre les deux parties. Des frais de 5 000 euros ont été engagés pour la médiation. La disposition doit maintenant être annulée. Cette année, le bénéfice augmente de 10 000 euros, car la provision a été fixée à un niveau trop élevé.

Capitaux empruntés

passif-du-bilanLe capital total à droite du bilan se compose de capitaux propres et de dettes. Le capital d’emprunt est la partie du capital qui provient d’autres fournisseurs de capitaux externes. On les appelle aussi des créanciers. Le capital d’emprunt se compose des dettes et des comptes fournisseurs d’une société.

La dette est l’opposé des capitaux propres. Cette partie n’appartient pas aux propriétaires de la société. La dette crée une obligation pour l’entreprise. Cette obligation doit représenter une charge économique pour l’entreprise et être quantifiable en montant.

Les emprunts sont classés dans le bilan en fonction de leur échéance.

D’abord, les engagements à long terme sont indiqués, par exemple les hypothèques sur les biens immobiliers.

Ensuite,les dettes à régler à court terme, par exemple les factures impayées des fournisseurs. Les dettes à court terme sont celles dont l’échéance est inférieure à un an.

En règle générale, il est logique qu’une entreprise dispose d’un certain montant de capitaux empruntés. La dette est généralement plus avantageuse économiquement que les capitaux propres car les intérêts à recevoir sont inférieurs au rendement exigé par les propriétaires.

Par exemple, les taux d’intérêt sur la dette ont tendance à se situer autour de cinq pour cent, alors que les exigences des propriétaires en matière de rendement de leur capital sont parfois supérieures à huit ou dix pour cent. En outre, les intérêts payés sur le capital emprunté sont déductibles des bénéfices en tant que frais d’exploitation et sont donc fiscalement avantageux.

En outre, les investisseurs en capital sont représentés au conseil d’administration, ce qui n’est pas courant pour les prêteurs. Si un entrepreneur souhaite conserver le contrôle exclusif de son entreprise, il aura donc tendance à recourir au financement par l’emprunt.

Les dettes commerciales

Le passif, ainsi que les provisions, constituent le capital d’emprunt d’une société. Un passif est une obligation pour un débiteur de fournir un service à un créancier. Le contraire d’un passif est une créance.

Les créanciers typiques d’une entreprise sont les fournisseurs auprès desquels les factures n’ont pas encore été payées ou les prêteurs tels que les banques auprès desquelles l’argent a été emprunté pour une période plus ou moins longue. Les autres créanciers sont les clients s’ils ont versé des acomptes mais n’ont pas encore reçu le service ou les autorités fiscales si les paiements des impôts par l’entreprise sont encore en souffrance. Le point commun de tous les passifs est qu’ils représentent l’obligation de payer un montant fixe à un moment donné.

Les comptes de régularisation

  • Les Charges à imputer : c’est le prorata de charges qui ne seront à échoir qu’au cours d’un exercice ultérieur mais qui doivent être rattachées à l’exercice écoulé.
  • les Produits à reporter : c’est le prorata des produits perçus pendant l’exercice actuel ou lors d’un exercice précédent et qui doivent être rattachés à un exercice ultérieur.

Les réserves cachées

Une distinction est faite entre le capital réel et le capital comptable. L’avoir comptable est calculé à partir de la différence entre l’actif et le passif. Cependant, la sous-évaluation des actifs et la surévaluation des ressources peuvent augmenter les fonds propres comptables. Ces réserves sont appelées réserves cachées, mais elles ne sont pas comptabilisées dans les fonds propres comptables.

Les capitaux propres réels, en revanche, tiennent compte des réserves cachées. Cependant, elle n’est généralement déterminée que lorsqu’une entreprise est vendue ou liquidée. Prenons un exemple. Une voiture de société a été achetée pour 60 000 euros et amortie sur quatre ans. À la fin de la période d’amortissement, la voiture n’a qu’une valeur comptable d’un euro au bilan, mais une valeur actuelle réelle estimée à 25 000 euros. Si l’entreprise devait vendre la voiture de fonction maintenant pour 25 000 euros, les réserves cachées de 24 999 euros seraient divulguées en conséquence et seraient intégrées aux capitaux propres en tant que bénéfice cette année.