Qu’est-ce que le bilan comptable d’une entreprise ?

bilan-comptable

Probablement, avez-vous déjà entendu des termes comme clôture de l’exercice comptable ou bilan de fin d’exercice. Derrière ces termes, se trouve la comptabilité en partie double et les normes comptables internationales. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir le bilan comptable.

Qu’est-ce qu’un bilan ?

Le bilan est une comparaison de l’actif et du passif d’une entreprise à un moment donné. Ce moment est appelé date de clôture du bilan. Le bilan est l’objet principal de la comptabilité commerciale. Elle se rapporte toujours à une période fixe, appelée exercice financier. L’exercice financier est souvent identique à l’année civile et va du 1.1. au 31.12. Toutefois, il peut également en être autrement, par exemple dans le cas d’entreprises saisonnières comme dans les sports d’hiver.

Origine du bilan ?

A l’origine, le terme bilan vient de la langue italienne. Bilancia signifie équilibre. Il trouve son origine dans la logique comptable de la comptabilité en partie double, qui a été développée à l’origine en Italie. Le bilan est une partie essentielle des comptes annuels. Toutefois, les termes ne sont pas identiques.

Le compte de profits et pertes fait également partie de la déclaration financière annuelle. Il s’agit de comparer les dépenses et les revenus d’une entreprise à la date du bilan. Il en résulte le bénéfice ou la perte d’un exercice. Le résultat du bilan est le total du bilan, qui indique le total de l’actif et le total du passif.

Un bilan est généralement établi sous forme de compte. C’est comparable au solde. Un compte a deux côtés, qui doivent toujours être équilibrés. Dans un compte, les deux côtés sont présentés côte à côte. Le côté gauche représente l’utilisation des ressources, et est appelé l’actif, le côté droit représente les ressources, et est appelé le passif.

Il existe différents types de bilans au sein de la comptabilité :

  1. Le bilan d’ouverture est préparé au début de chaque exercice financier et représente les soldes d’ouverture des actifs et des passifs.
  2. L’inverse est le bilan de clôture, qui est préparé à la fin d’un exercice financier. Ceci indique les soldes de clôture.

En outre, une distinction est faite entre le bilan commercial et le bilan fiscal. Le bilan commercial est basé sur le code de commerce, tandis que le bilan fiscal est basé sur le droit fiscal tel que la loi sur l’impôt sur le revenu ou le code fiscal.

Base juridique de l’établissement du bilan

Le bilan fait partie des comptes annuels. Vous y trouverez toutes les principales dispositions légales relatives au bilan. De nombreuses entreprises établissent volontairement ou obligatoirement leurs comptes conformément aux normes internationales d’information financière (IFRS). Des différences entre le bilan commercial et le bilan fiscal ne se produisent que si la base du droit fiscal diffère de la base du droit commercial.

L’obligation d’établir un bilan résulte de l’obligation de tenir une comptabilité. En conséquence, toute entreprise est tenu de tenir des livres. Il existe des exceptions pour les indépendants, l’agriculture et la sylviculture ainsi que pour les petits entrepreneurs.

Le résultat de la comptabilité est le bilan. Le bilan et le compte de résultat forment ensemble les comptes annuels. Il faut savoir que le bilan et le compte de résultat ne sont que des éléments minimums des états financiers annuels. Selon la forme juridique de l’entreprise, d’autres éléments peuvent être exigés.

Les différents objectifs des états financiers annuels sont d’intérêt public et sont donc requis par la loi. Ils servent à informer les destinataires externes tels que :

  • les créanciers,
  • les investisseurs,
  • l’État

sur la situation économique de l’entreprise.

Ils documentent tous les développements au cours d’un exercice financier et déterminent le bénéfice, qui sert de base au calcul des impôts sur le revenu.

Bilan de base

Le bilan présente tous les actifs et passifs d’une société à la date du bilan. La structure et la présentation d’un bilan ne sont pas librement sélectionnables, mais sont prescrites par la loi et/ou les normes internationales :

  1. Sur la gauche du bilan se trouvent les actifs. Ce côté s’appelle l’actif du bilan. Les actifs représentent l’utilisation de fonds dans une entreprise. Dans quels biens et actifs les fonds ont-ils été investis ? Ainsi, le côté gauche montre les actifs de la société. Il montre tous les investissements. Cette page est ventilée en fonction de la facilité avec laquelle les actifs peuvent être liquidés. Plus un poste est facile à convertir en liquidités, comme de l’argent liquide ou de l’argent comptable, plus il se trouve en bas à gauche du bilan. Les biens à long terme sont classés dans le groupe des actifs fixes, tandis que les biens à court terme appartiennent aux actifs dits courants.
  2. Le capital se trouve à droite du bilan. Ce côté est appelé passif. Le passif indique l’origine des fonds, d’où proviennent les fonds investis dans l’entreprise. C’est là que le financement est indiqué. Il s’agit des sources d’actifs de l’entreprise, qui se divisent grosso modo en deux types : les capitaux propres et les dettes. Les capitaux d’emprunt sont classés par échéance. Le capital d’emprunt, qui est fourni à l’entreprise pour une période plus longue, se trouve en haut de la présentation, et le capital d’emprunt à court terme se trouve en bas.

Les deux côtés du bilan doivent avoir une valeur identique ; l’utilisation des fonds et la source des fonds doivent être basées sur le même montant d’argent. C’est ce qu’on appelle l’équation du bilan. Toute utilisation de capital doit être indiquée à l’actif. De même, seul peut être investi le capital qui figure également au passif avec son origine. L’actif est égal au passif. En plus des postes du bilan déjà mentionnés, les comptes de régularisation figurent également au bas des deux côtés du bilan. Ceux-ci servent à l’attribution des transactions commerciales.

Principes comptables

bilan-comptableLes principes comptables sont des lignes directrices à respecter lors de l’établissement du bilan. Certains sont également issus de la réglementation ou de la jurisprudence. L’objectif de ces principes est la comparabilité des bilans :

Principe de l’identité du bilan

Cela signifie que le bilan de clôture de l’année précédente doit être le même que le bilan d’ouverture de l’exercice en cours. Aucune transaction commerciale ne peut avoir eu lieu entre ces deux bilans.

Principe de la véracité du bilan

Il stipule que toutes les valeurs d’un bilan doivent être complètes et correctes. Aucune valeur ne peut manquer ou être ajoutée sans référence à la réalité. Pour cette raison, un bon est également requis pour chaque entrée.

Principe de l’évaluation individuelle

Chaque bien doit être évalué individuellement pour le bilan. Et aucun bien de nature différente ne peut être combiné. En particulier, la compensation des actifs et des passifs est interdite.

Principe de prudence

Il exige une évaluation prudente des actifs et implique que les actifs doivent être évalués au plus bas du coût ou du marché et les passifs au plus haut du coût ou du marché.

Principe d’imparité selon les différents traitements

Les bénéfices ne peuvent être déclarés qu’après avoir été réalisés, tandis que les pertes sont également prises en compte lorsqu’elles sont susceptibles de se produire.

Principe de la continuité du bilan, également appelé activité du bilan

Il stipule que les méthodes d’évaluation du bilan, une fois sélectionnées, ne peuvent être modifiées sans autre forme de procès. Il convient également de conserver la terminologie choisie.

Principe comptable de clarté

Cela concerne également la bonne structure du bilan et du compte de résultat.

Principe de la continuité de l’exploitation

Il stipule que l’évaluation des biens pour le bilan repose sur l’hypothèse que l’entreprise poursuivra son activité et continuera donc à utiliser les biens. Si, en revanche, il est déjà certain que la société sera dissoute au moment de l’établissement du bilan, il faut utiliser les valeurs de liquidation. Il s’agit d’approches concernant le produit de la vente des marchandises.

Principe de la comptabilité d’exercice

Il stipule que les dépenses et les recettes doivent toujours être imputées à l’exercice au cours duquel elles ont été engagées, indépendamment de leur paiement.

Principe d’économie implique une comptabilité coûts-avantages. Les dépenses liées à l’exécution de la comptabilité doivent correspondre au contenu informatif des résultats.