Les comptes de régularisation, explications détaillées

comptes-regularisation

Lorsqu’on regarde le bilan, un élément ressort au bas de l’actif et du passif : les comptes de régularisation. Ils sont utilisés pour la comptabilisation correcte des revenus dans les périodes de bilan correspondantes. Il s’agit donc de dépenses ou de recettes qui ne concernent pas ou pas uniquement l’exercice en cours.

Pourquoi avoir créé les comptes de régularisation ?

comptes-regularisationLes états financiers annuels ne peuvent faire apparaître que les opérations de l’exercice et rien d’autre. Cela correspond au principe comptable de la comptabilité d’exercice. Dès que les recettes ou les dépenses diffèrent dans le temps et dépassent la date du bilan, un poste de régularisation doit être formé.

Exemple :

Vous souscrivez à un abonnement pour l’hébergement dédié d’un site ou de plusieurs sites Internet. Pour obtenir une réduction vous choisissez de payer annuellement. Le 1er octobre, vous payez 2 400 €. Cette dépense couvre l’abonnement pendant 3 mois l’année du paiement et 9 mois l’année suivante.

Si la totalité du paiement était comptabilisée comme une dépense pour l’année en cours, la détermination du bénéfice ne serait pas correcte. Pour l’année en cours, seules les dépenses de trois mois d’un montant de 600 euros peuvent être inscrites dans les comptes.

Pour effectuer le report, il faut constituer un poste de régularisation d’un montant de 1 800 euros. L’année suivante, le poste de régularisation doit être dissous à nouveau avec un effet sur le revenu net. Cela signifie que le revenu ou la dépense est ensuite réaffecté au compte approprié parce qu’il est maintenant dans la bonne période.

Dans l’exemple, les frais payés d’avance de 1 800 euros sont annulés au profit du compte de charge correspondant.

Il existe essentiellement deux types de charges payées d’avance : les produits différés et les produits à recevoir. Dans le premier cas, le revenu ou la dépense se produit avant le revenu ou la dépense. Un exemple serait le paiement anticipé du loyer au-delà de la fin de l’année. Dans le second cas, la dépense ou la recette se produit avant la dépense ou la recette. Ce serait le cas si le loyer de l’année précédente n’est payé que l’année suivante. Selon le type, un poste de charges ou de produits différés différent doit être formé dans le bilan.

Charges à reporter, compte d’actif

Les charges payées d’avance sont comptabilisées si un paiement ou une dépense pour une charge qui se situe en tout ou en partie dans l’année suivante est déjà effectué dans l’année du bilan en cours. Conformément au principe de la comptabilité d’exercice, cette dépense ne peut pas réduire le bénéfice du compte de résultat courant, mais doit être imputée à l’exercice suivant.

Cela se fait en créant un actif de régularisation dans lequel les dépenses futures sont placées jusqu’au début de l’année suivante. L’année suivante, cette charge payée d’avance est alors contrepassée et la charge est affectée au compte de résultat approprié.

Examinons cela à l’aide d’un exemple concret.

Prenons l’exemple de frais payés d’avance :

une entreprise paie un loyer de 15 000 euros pour les mois de novembre, décembre et janvier, à l’avance, le 1er novembre. Une opération comptable doit être faite pour le loyer de janvier de 5 000 euros, car cette dépense appartient à l’année suivante.  Voici les opérations :

  1. Le paiement et les frais de loyer le 01/11. Frais de loyer 21 000 euros à la banque 21 000 euros.
  2. Au jour de référence du bilan du 31/12, la régularisation nécessaire est effectuée. Les frais de location sont ajustés du montant correspondant et une dépense prépayée est créée. Frais payés d’avance 5 000 euros à frais de location 5 000 euros. Ainsi, le montant de la dépense est correct pour le compte de résultat de l’exercice en cours.
  3. L’année suivante, les frais payés d’avance doivent être à nouveau annulés en faveur du compte de frais de location. Frais de location 5 000 euros aux frais payés d’avance 5 000 euros. Cela signifie que le compte de résultat de l’année suivante est correct.

Un cas particulier de frais prépayés est le rabais. Un escompte est un paiement anticipé des intérêts d’un prêt ou d’une autre obligation à long terme. Ce remboursement anticipé des intérêts est déduit du montant de l’émission du prêt. Ainsi, le montant du décaissement est inférieur au montant du remboursement. Pour l’escompte, une dépense prépayée doit être créée dans le bilan fiscal et peut être créée dans le bilan commercial. Toutefois, cette situation n’est pas complètement inversée en un an, mais doit être réduite par un amortissement régulier sur la durée de l’engagement.

Produits à reporter, compte de passif

Il faut constituer un revenu différé si un paiement ou une recette pour un revenu qui se situe en tout ou en partie dans l’année suivante est déjà effectué dans l’année de bilan en cours. Ce revenu ne peut pas augmenter le bénéfice dans le compte de résultat courant sur la base du principe de l’exercice, mais doit être attribué à l’année suivante.

Cela se fait en créant un revenu différé en plaçant le revenu futur jusqu’au début de l’année suivante. L’année suivante, ce poste de revenu différé est alors annulé et le produit est affecté au compte de résultat approprié.

Examinons cela à l’aide de l’exemple précédent.

Le 1er novembre, une entreprise reçoit un loyer de 15 000 euros pour les mois de novembre, décembre et janvier. Une provision doit être faite pour le loyer de janvier de 5 000 euros, car ce revenu appartient à l’année suivante. Voici les opérations :

  1. Tout d’abord, le paiement et les revenus locatifs sont comptabilisés normalement le 01/11. Banque 15 000 euros produits de revenus locatifs 15 000 euros.
  2. Ensuite, au jour 31/12, la régularisation nécessaire est effectuée. Les contrats de location sont ajustés du montant correspondant et un poste de revenu différé est formé. Revenu locatif 5 000 euros à revenu différé 5 000 euros. Ainsi, le montant des revenus est correct pour le compte de résultat de l’exercice en cours.
  3. L’année suivante, le poste de revenu différé doit être repris en faveur du compte de revenus locatifs. Revenu différé 5 000 euros au revenu de location 5 000 euros. Cela signifie que le compte de résultat de l’année suivante est également correct.

Produits acquis, compte d’actif

Les produits acquis sont des comptes de régularisation qui surviennent lorsque le revenu se rattache à l’exercice mais qu’il n’est dû en tout ou en partie que l’année suivante. Il peut s’agir par exemple d’un loyer à terme échu ou d’intérêts restant à percevoir.

Dans ce cas également, la comptabilité d’exercice est nécessaire pour garantir que les revenus sont correctement déclarés tant pour l’année en cours que pour l’année suivante. Dans le bilan, les produits acquis sont généralement affectées au poste créances dans l’actif circulant. On les trouve au fond parce qu’elles sont généralement de courte durée et n’existent généralement que pour quelques semaines, au maximum des mois.

Illustrons cela par un exemple concret

Une entreprise ne perçoit le loyer du mois de décembre que début janvier. La valeur du revenu locatif est de 5 000 euros et est transféré le 10 janvier de l’année suivante. Le revenu locatif appartient à l’exercice en cours, même si le paiement n’est effectué que l’année suivante. Par conséquent, la société a une autre créance de 5 000 euros sur le locataire pour l’année en cours. Les écritures pour cela sont :

  1. Produits acquis 5 000 euros à revenu locatif 5 000 euros.
  2. Si le loyer impayé est payé l’année suivante le 10 janvier, l’autre créance doit être supprimée à nouveau. La fiche d’écriture pour cela est : Banque 5 000 euros à autres créances 5 000 euros. De cette façon, le bilan et le compte de résultat sont à nouveau corrects.

Charges à imputer, compte de passif

Les charges à imputer sont des comptes de régularisation qui surviennent lorsqu’une dépense est engagée avant la date du bilan mais que le paiement ou la dépense est dû en tout ou en partie l’année suivante. Il peut s’agir par exemple d’un loyer ou d’intérêts restant à payer.

Dans ce cas, la comptabilité d’exercice est également nécessaire pour garantir que le bénéfice est correctement affiché tant pour l’année en cours que pour l’année suivante. Dans le bilan, les charges à imputer sont généralement affectées au poste des dettes. On les trouve en bas du passif car elles sont généralement de courte durée et n’existent généralement que pour quelques semaines voire quelques mois.

Illustrons cela par un exemple concret.

Une entreprise paie les intérêts à terme échu pour un crédit. Les intérêts du mois de décembre seront à payer en janvier janvier. Le montant des intérêt est de 5 000 euros. Le paiement se fait au 10 janvier de l’année suivante. La dépense d’intérêts appartient à l’exercice financier en cours, même si le paiement n’est effectué que l’année suivante. Cela signifie que pour l’année en cours, l’organisme créditeur a une autre dette de 5 000 euros envers la société.

Les écritures pour ce poste sont les suivantes : charges d’intérêt 5 000 euros à charges à imputer 5 000 euros. Si les intérêts sont payés l’année suivante, à la date du paiement le montant doit être neutralisé. Les écritures de cette opération sont les suivantes : Charges à imputer 5 000 euros à la banque 5 000 euros. De cette façon, le bilan et le compte de résultat sont à nouveau corrects.