De quoi est composé l’actif du bilan comptable ?

actif-du-bilan

Le bilan comptable est un instrument de la comptabilité en partie double composé de l’actif et du passif. L’actif se trouve à gauche du bilan. Il représente les actifs d’une entreprise. Les actifs indiquent dans quels postes l’entreprise a investi des fonds. Ils sont divisés en actifs immobilisés et en actifs circulants. Voici les catégories de comptes de l’actif du bilan.

Actifs immobilisés

Les actifs immobilisés comprennent les membres de l’entreprise qui ne sont pas à vendre. Il s’agit d’articles dont l’entreprise dispose à long terme et qui sont plus difficiles à liquider, c’est-à-dire à transformer en espèces. Elle comprend tous les actifs nécessaires à la création, à l’équipement et au fonctionnement d’une entreprise. Contrairement aux actifs circulants, les actifs immobilisés ne sont pas traités plus avant et n’entrent pas dans le processus de performance opérationnelle.

Le classement d’un élément en tant qu’actif immobilisé ou en tant qu’actif circulant dépend des intentions de la direction. Par exemple, une machine peut être classée comme un actif circulant. Il faut se demander si la machine doit être vendue ou si elle doit rester dans l’entreprise pendant une période plus longue. Si la vente est déjà prévue, une machine doit être affectée à l’actif circulant. Si la machine reste dans l’entreprise et sert au processus de fabrication, elle est un actif immobilisé.

La part des actifs fixes dans le total des actifs est généralement beaucoup plus élevée dans les entreprises manufacturières que dans le secteur des services ou le commerce :

  • Toutes les machines, bâtiments ou véhicules font partie des actifs immobilisés.
  • Elle comprend également des éléments qui ne sont pas directement tangibles, comme les brevets ou autres droits.

Les actifs immobilisés se composent généralement de trois sous-groupes

  1. Les immobilisations incorporelles,
  2. les immobilisations corporelles,
  3. les immobilisations financières.

En ce qui concerne l’évaluation des différents éléments des actifs immobilisés, une distinction est faite entre les actifs immobilisés amortissables. Par exemple, les véhicules. Et les actifs fixes non amortissables. Par exemple, la participation dans d’autres entreprises ou des terrains. Dans le cas des immobilisations amortissables, les valeurs comptables des biens sont réduites par un amortissement régulier. En raison de l’usure, la valeur des biens diminue constamment. Dans le cas des actifs fixes non amortissables, en revanche, la valeur reste constante. Sauf circonstances particulières, par exemple en cas de contamination de la propriété.

Immobilisations incorporelles

Les immobilisations incorporelles comprennent tous les éléments non physiques qui servent en permanence à l’entreprise. Cela contraste avec les immobilisations corporelles, qui comprennent les immobilisations corporelles et les actifs financiers. Les actifs corporels sont physiques et donc tangibles et visibles. Les actifs incorporels ne sont pas physiques et ne sont souvent ni directement tangibles ni visibles. Ils se caractérisent généralement par une forme juridique, par exemple un brevet, ou une forme intellectuelle, une recette. Les actifs incorporels comprennent notamment :

  • le fonds de commerce,
  • les brevets et les droits de propriété intellectuelle similaires : recettes, concessions, licences, marques, droits d’édition, logiciels, listes de clients ou autres actifs similaires.

Aux fins de la comptabilisation des actifs incorporels, le facteur décisif est de savoir si ces actifs ont été créés par la société déclarante elle-même ou acquis auprès de tiers contre paiement. Les valeurs créées par l’entreprise elle-même sont qualifiées d’originales. Les valeurs acquises sont dérivées. En règle générale, la prise en charge des risques de production de l’actif est considérée comme un élément distinctif. Les actifs incorporels acquis à titre onéreux doivent toujours figurer au bilan. Ce n’est pas toujours possible pour les valeurs générées en interne. Il est souvent difficile de déterminer la valeur d’un actif dans le cas des actifs incorporels. Les avantages d’un brevet ou d’une marque ne peuvent être nommés qu’avec imprécision. Cela est particulièrement vrai dans le cas des actifs générés en interne.

Dans le cas des actifs créés à titre onéreux, il y a le prix d’acquisition. C’est la valeur pour le bilan.

Voici un exemple : une entreprise acquiert une licence de logiciel pour 5 000 euros et un brevet pour 50 000 euros. La comptabilité : 55.000 euros sont capitalisés sous le poste de bilan des actifs incorporels. Une attention particulière est généralement accordée au goodwill dans l’évaluation. Elle doit être incluse dans le bilan si elle a été acquise à titre onéreux. Le fonds de commerce est la valeur que le prix d’achat dépasse la somme des actifs moins les passifs. L’acheteur est donc prêt à payer plus pour une entreprise que ce que valent réellement ses actifs. Cela peut être dû à des facteurs stratégiques de concurrence tels qu’un savoir-faire particulier, des clients réguliers, l’accès au marché ou l’emplacement. En revanche, le goodwill généré en interne peut ne pas être comptabilisé dans le bilan. Il s’agit d’une interdiction de la capitalisation.

Immobilisations corporelles

Immobilisations corporellesLes immobilisations corporelles comprennent tous les actifs fixes qui sont tangibles et mesurables. Il s’agit :

  • de terrains,
  • de bâtiments,
  • de machines,
  • de véhicules,
  • d’équipements de bureau.

En dehors des terrains, les immobilisations corporelles sont principalement des actifs fixes amortissables. Ceux-ci doivent être régulièrement réduits en valeur chaque année par le biais d’un amortissement programmé.

La comptabilisation initiale d’un actif corporel dans le bilan se fait généralement au coût d’acquisition. Ces coûts sont constitués du prix d’achat du bien et des autres frais accessoires encourus pour utiliser le bien en exploitation. Les frais accessoires d’acquisition sont par exemple les frais de transport ou les frais de montage. Si une immobilisation corporelle est produite par l’entreprise elle-même et est ensuite utilisée pour la production de biens et de services dans l’entreprise, la première évaluation de cet actif dans le bilan n’est pas le coût d’acquisition, mais le coût de production. Ceux-ci sont calculés selon le schéma légalement prescrit des coûts matériels et des coûts de production.

Les actifs fixes autoproduits sont également appelés travail propre capitalisé. L’évaluation initiale d’une immobilisation est réduite par un amortissement programmé pour refléter la perte de valeur due à l’usure. L’amortissement est généralement calculé selon la méthode linéaire. Il s’agit de diviser le coût d’acquisition ou de production de l’actif par sa durée de vie utile. Le résultat est le montant de l’amortissement annuel dont la valeur du bien est réduite dans les livres.

La durée de vie utile est précisée par l’administration fiscale conformément au tableau d’amortissement. L’amortissement est une dépréciation pour usure. Voyons cela avec un exemple :

Une machine est nouvellement utilisée dans une entreprise pour un coût d’acquisition de 200 000 euros. La durée de vie utile prescrite par le tableau d’amortissement est de vingt ans. Le montant de l’amortissement régulier est calculé en divisant le coût d’acquisition par la durée de vie utile et est de 10 000 euros par an. La première année, la machine serait évaluée à 200 000 euros dans le bilan, la deuxième année seulement à 190 000 euros. En plus de l’amortissement prévu, il peut y avoir un amortissement extraordinaire. Cela est nécessaire, par exemple, dans le cas d’une perte de valeur imprévue d’un bâtiment due à un événement spécial tel qu’un incendie ou une inondation. La valeur dans les livres doit être corrigée en conséquence. Cela s’applique également aux actifs immobilisés non amortissables, pour lesquels un amortissement extraordinaire peut également être nécessaire.

Actifs financiers

Les actifs financiers sont tous les actifs financiers d’une entreprise qui sont conçus pour le long terme. En d’autres termes, ils sont destinés à servir l’entreprise de façon permanente. Les actifs financiers à court terme, en revanche, font partie de l’actif circulant. Pour de nombreuses entreprises, les actifs financiers se composent de titres à long terme, de placements dans d’autres entreprises et d’obligations dans des sociétés affiliées, comme une filiale.

Les actifs financiers ne font pas l’objet d’une dépréciation programmée, mais peuvent être affectés par une dépréciation extraordinaire en cas de changement de valeur permanent. Les actifs financiers peuvent être associés à des risques financiers importants et à des fluctuations de valeur. Le prix des actions peut chuter ou, dans le cas positif, se multiplier. Les entreprises dans lesquelles des participations existent peuvent se développer positivement et générer des profits, mais peuvent également devenir insolvables.

Le principe dit du « lower-of-cost-or-market » modéré s’applique aux actifs immobilisés afin de tenir compte de ces fluctuations dans l’évaluation ultérieure. La comptabilisation initiale se fait au coût d’acquisition de l’actif financier. Cette approche est maintenue jusqu’à ce que des fluctuations de la valeur de l’actif se produisent. Si cette fluctuation n’est que temporaire, il est possible de capitaliser l’actif. Cela signifie que la valeur peut être ajustée à la baisse, mais pas nécessairement. Une correction à la hausse, en revanche, n’est pas possible.

Selon le principe du moindre coût ou du moindre marché, le coût d’acquisition est la valeur maximale possible. Une valeur supérieure ne peut pas être déclarée pour le bien. En revanche, en cas de dépréciation permanente d’actifs financiers, il y a obligation de capitalisation. Ceux-ci doivent être réalisés dans le bilan. Cela signifie que des amortissements extraordinaires doivent être effectués sur la valeur précédente du bilan.

Prenons un exemple. Une société achète 1 000 actions à une valeur marchande de 100 euros. Cela signifie que le coût d’acquisition des actions au départ est de 100 000 €. Après deux ans, la valeur de l’action change et ne s’inscrit dans la moyenne annuelle qu’avec 60 euros par action. La perte du cours de l’action s’est produite parce que l’entreprise a vendu une importante division et que la valeur de l’entreprise a donc diminué de façon permanente. En raison de la réduction de valeur permanente, une réduction de valeur extraordinaire doit être effectuée et la valeur dans le bilan doit être ajustée à la baisse à 60.000€. Si, en revanche, la dépréciation n’est déclenchée que par des fluctuations à court terme et n’est pas permanente, la valeur initiale de 100 000 euros doit également être conservée dans le bilan.

Actifs circulants

L’actif total d’une société se compose de l’actif immobilisé et de l’actif circulant. Les deux figurent ensemble dans la partie gauche du bilan, à l’actif. L’actif circulant comprend les éléments de l’entreprise qui ne servent qu’à court terme et ne restent pas dans l’entreprise de façon permanente. Ce sont des articles qui sont en circulation dans l’entreprise et la circulation est synonyme de court terme. Ces biens sont destinés à la vente, à la transformation, à la consommation ou au remboursement par le débiteur, par exemple dans le cas de créances résultant de factures à des clients. L’actif circulant n’est pas défini juridiquement, mais constitue un poste résiduel. Tout ce qui n’est pas un actif immobilisé appartient à l’actif circulant. Les biens de l’actif circulant sont soit des matières premières auxiliaires et d’exploitation, base du processus de production opérationnel, soit des produits finis pour la demande et les liquidités, résultat du processus de production. Ce processus comprend l’approvisionnement, la production et la vente.

Au début du processus de production, on se procure des matières premières, qui sont traitées à l’aide de matériaux auxiliaires et de fonctionnement, par exemple des vis ou de l’essence. Le résultat de la production est un produit fini, qui est ensuite vendu sur le marché et donne lieu à des créances ou à des rentrées de fonds directes. Presque tous les biens qui passent par le processus que nous venons de décrire sont des actifs courants. En principe, l’actif circulant se compose de quatre éléments. Stocks, créances, titres négociables et trésorerie et équivalents de trésorerie. Les stocks comprennent les matières premières, les fournitures, les travaux en cours, les produits finis et les marchandises. La marchandise n’est pas travaillée ou transformée dans l’entreprise, mais elle est achetée prête à l’emploi au fournisseur et revendue directement. Un exemple en est les biens supplémentaires qui peuvent être achetés dans une station-service. Le produit de vente général est l’essence. Mais il est également possible d’acheter des sucreries ou des produits similaires. Ils sont achetés prêts à l’emploi auprès du fabricant concerné et ne sont pas traités par la compagnie pétrolière.

Stocks

StocksLes stocks sont une subdivision de l’actif circulant du bilan. Ce terme est utilisé pour :

  • les matières premières,
  • les matières auxiliaires,
  • les matières d’exploitation,
  • les marchandises achetées à des tiers,
  • les travaux en cours et les produits finis.

Les matières premières, les matières auxiliaires et les matières d’exploitation constituent la base de la production opérationnelle et sont souvent désignées collectivement par le terme « matières ». Alors que les matières premières constituent un élément majeur du produit final, les matières auxiliaires ne sont que des composants mineurs.

Dans le cas d’une chaise, les bois et le plastique sont une matière première essentielle, tandis que la colle ou les vis ne sont qu’un matériau auxiliaire. Les matériaux d’exploitation, en revanche, ne sont généralement pas un composant direct du produit, mais sont nécessaires dans le processus de production, par exemple pour faire fonctionner les machines. Cela comprend l’essence ou d’autres carburants tels que l’électricité ou les huiles de graissage.

Les produits de tiers sont fabriqués par une autre entreprise et ne sont plus transformés par l’entreprise elle-même, mais sont vendus directement sans être transformés. Ces marchandises sont souvent appelées « marchandises » car dans ce cas, l’entreprise assume une fonction commerciale plutôt qu’une fonction de fabrication.

Les produits non finis sont des produits qui ne sont pas encore passés par tout le processus de production. Dans certains cas, ils doivent être stockés temporairement pour des périodes de repos.

Les produits finis, en revanche, sont passés par toutes les étapes nécessaires du processus de production et attendent d’être vendus dans ce que l’on appelle l’installation de stockage final.

Valorisation de stocks

  • Dans le bilan, les stocks acquis à l’extérieur, tels que les matières premières, les fournitures ou les marchandises, sont évalués au coût d’acquisition.
  • Les produits finis et les travaux en cours, en revanche, sont comptabilisés à leurs coûts de production internes.

Les actifs courants ne sont pas amortis, car les biens ne restent dans l’entreprise que pendant une courte période. Toutefois, le principe strict du moindre coût ou du marché s’applique. Toute réduction de valeur par rapport au coût d’acquisition due à la baisse du prix du pétrole brut doit être prise en compte dans la valeur du bilan. Il importe peu que la réduction de valeur soit permanente ou seulement temporaire.

Dans le cas des stocks, des procédures d’évaluation dites simplifiées existent pour les petites pièces telles que les vis. Bien que le principe de l’évaluation individuelle s’applique, vous pouvez y déroger si l’effort d’évaluation est trop important et les différences entre les procédures d’évaluation trop faibles. Dans les procédures de simplification, vous devez distinguer les valeurs fixes, les valeurs moyennes et les valeurs collectives.

Dans le cas d’une valeur fixe, une valeur fixe est toujours calculée pour un bien dans une période, par exemple, 2 cents pour une vis. La valeur est déterminée sur la base de l’expérience. Avec les valeurs moyennes, une moyenne est calculée à partir des coûts d’acquisition de la période et utilisée pour l’évaluation. L’évaluation de groupe avec des valeurs collectives peut être utilisée pour des biens similaires qui ne diffèrent que légèrement, par exemple, différents types de vis. Dans ce cas, toutes les vis, quel que soit leur type, sont mesurées avec la même valeur. La méthode de la séquence de consommation est utilisée lorsque la consommation de biens est soumise à certaines régularités, par exemple, dans le cas de biens périssables tels que les fruits, les biens achetés en premier sont naturellement aussi consommés ou vendus en premier.

Créances

Une créance est le droit d’un créancier à une prestation du débiteur, généralement sous la forme d’un avantage financier, mais plus rarement sous la forme d’un avantage en nature. Le contraire d’une créance est un passif. Les créances figurent à l’actif du bilan, dans la partie gauche, et font partie de l’actif circulant. Le passif, en revanche, figure à droite du bilan dans les dettes. Dans le cas du passif, l’entreprise est le débiteur du service, tandis que dans le cas des créances, c’est le créancier à qui quelqu’un doit un service. Une créance ne naît que si un service correspondant est également rendu et que la contrepartie n’est pas payée immédiatement, par exemple par un paiement en espèces. Le 5 janvier 2021, un fournisseur livre des marchandises d’une valeur de 10 000 euros à son client. La livraison est effectuée sur facture. La facture n’est pas payée avant le 15 janvier dans le délai de paiement. Du 5 au 15 janvier, le fournisseur a donc une créance de 10 000 euros sur son client. Après le paiement, la créance est annulée.

La forme habituelle des créances est, comme dans l’exemple, les créances sur les biens et services. D’autres possibilités sont les créances sur les sociétés affiliées pour les relations d’affaires entre la société mère et les filiales et d’autres créances pour les créances sur les salariés au titre des avances sur salaire ou sur le bureau des impôts pour les remboursements d’impôts en souffrance. Par principe, le principe strict du moindre coût ou du marché s’applique aux créances dans l’évaluation ainsi qu’à tous les actifs courants.

Toutes les dépréciations doivent être prises en compte dans le bilan, quelle que soit leur durée. Dans l’évaluation des créances, une distinction est faite entre les créances parfaites, douteuses et irrécouvrables. Les créances irrécouvrables sont des créances pour lesquelles il est certain que le paiement sera reçu. Ces créances ne doivent pas faire l’objet de provisions pour dépréciation.

Les créances douteuses sont soumises à la suspicion raisonnable qu’elles ne seront pas payées en tout ou en partie. L’une des raisons de ce soupçon peut être le dépôt d’une procédure d’insolvabilité. Dans le cas de créances douteuses, le risque de défaillance doit être estimé par l’entreprise, par exemple à 80 %. Ce montant doit ensuite être amorti par une indemnité. Après réception du paiement, cette correction de valeur doit être corrigée si le risque de défaillance a été mal estimé. Dans le cas d’une créance irrécouvrable, en revanche, un risque de défaillance de 100 % est certain. Par conséquent, cette créance doit toujours être amortie en totalité.

Comptes de régularisation

  • Charges à reporter : Dans ce compte de régularisation d’actif on retrouve les prorata de charges de l’exercice ou d’un exercice précédent mais qui doivent être rattachées à un (ou des) exercice futur ».
  • Produits acquis : Dans ce compte de régularisation d’actif on retrouve les prorata de produits qui ne viendront à échoir qu’au cours d’un exercice futur mais qui sont à rattacher à l’exercice écoulé ».

Valeurs mobilières et actifs financiers courants

Les titres peuvent être affectés à l’actif circulant ou à l’actif immobilisé. L’allocation dépend de l’horizon d’investissement :

  • Si les titres ne sont détenus qu’à court terme dans l’entreprise, ils font partie de l’actif circulant.
  • Si les titres sont détenus à des fins spéculatives, il faut toujours supposer un horizon de placement à court terme, mais lorsqu’il faut en plus supposer un horizon de placement à court terme, cela est contesté.

Une période de détention prévue de moins d’un an est souvent utilisée comme guide. L’intention subjective de l’entrepreneur, pour laquelle les titres ont été acquis, est plus importante pour la classification.

Deux hypothèses de base justifient la classification en tant qu’actif circulant. La première est que les titres sont à vendre. C’est ce que l’on appelle les actions commerciales. La seconde est qu’ils sont détenus en tant que réserve de liquidités à court terme. Il s’agit d’un placement rémunéré de l’excédent de liquidités auquel il devrait être possible d’accéder à court terme.

Les titres détenus en tant qu’actifs courants sont initialement évalués à leur coût d’acquisition. Pour l’évaluation ultérieure, comme pour tous les éléments de l’actif circulant, le principe strict du moindre coût ou du marché s’applique. Voici un exemple. À la fin de l’exercice financier, une société détient un portefeuille de 1 000 actions à un prix d’acquisition de 10 euros par action. Les titres servent à des fins purement spéculatives et sont donc des actifs courants. Que faire si le prix à la date du bilan est de 20 € ou de 5 € par action ?

  1. Si le prix est de 5€, le prix est inférieur au prix d’acquisition et il y a une dépréciation. Il faut en tenir compte dans le bilan. Une réduction de valeur extraordinaire de 5 000 euros doit être effectuée et la valeur des actions au bilan n’est alors que de 5 000 euros.
  2. Si, en revanche, le prix est de 20 euros par action, le prix est supérieur au prix d’acquisition et il y a une plus-value non réalisée. Toutefois, il se peut que le principe strict de la valeur inférieure ne le reconnaisse pas. La valeur la plus élevée possible est toujours le coût d’acquisition. Par conséquent, l’ancienne valeur de 20 000 € reste dans le bilan. Ce n’est que lorsque les actions sont vendues avec un bénéfice que celui-ci doit être pris en compte dans le compte de profits et pertes comme autres produits de la vente.

Soldes bancaires et encaisse

actif-du-bilanLa trésorerie et les équivalents de trésorerie constituent un poste de l’actif circulant dans la partie gauche du bilan, le côté actif, et se trouvent généralement au bas des postes de l’actif car les actifs sont classés par ordre de liquidité. Au sommet se trouvent les actifs qui ne peuvent être convertis en espèces qu’à long terme, comme les terrains, et au bas, les liquidités et les équivalents de liquidités, qui sont déjà des actifs en espèces et n’ont pas besoin d’être convertis.

Les liquidités comprennent généralement l’argent comptable en billets de banque et l’argent en caisse. Cependant, les liquidités sont souvent faibles dans de nombreuses entreprises aujourd’hui, car presque toutes les opérations de paiement sont effectuées par l’intermédiaire de comptes bancaires et presque aucune activité ne se fait en espèces.

Les exceptions sont, par exemple, les commerces de détail et l’horeca, qui disposent bien sûr de liquidités provenant de transactions de détail. L’évaluation des liquidités pour le bilan ne pose généralement aucune difficulté. Les variations de la valeur de ces postes sont directement liées aux paiements et les paiements sont immédiatement enregistrés dans les comptes et donc automatiquement reflétés dans le bilan. Il n’est donc pas nécessaire de procéder à une évaluation supplémentaire pour le bilan.

Les soldes de trésorerie en différentes devises font exception à cette règle et doivent être convertis dans la devise du bilan à la date du bilan. Si le compte bancaire est dans le rouge parce que la facilité de découvert est utilisée, il est toujours indiqué dans l’actif circulant avec la valeur zéro, car un actif ne peut pas être négatif. Le montant du découvert est inscrit au passif dans la section du passif. Une question intéressante concernant l’argent liquide est toujours la quantité d’argent liquide qui devrait être présente dans l’entreprise.

Les actifs liquides sont nécessaires pour faire face aux obligations de paiement du passif, sinon l’entreprise risque l’insolvabilité. D’autre part, trop de liquidités ne sont pas très rentables car elles génèrent généralement peu ou pas de rendement. Les espèces ou même l’argent comptable sur le compte courant ne rapportent aucun intérêt. Par conséquent, le principe des liquidités est le suivant : aussi peu que possible, mais aussi élevé que nécessaire.